Browse By

Le lait légèrement différent économie

  • fermer

Beaucoup de gens ne veulent pas consommer de lait de vache ou ne peuvent pas le tolérer. Il existe plusieurs alternatives pour eux. Le dernier engouement: les boissons à l’avoine.

Pour les amateurs de lait dur, la première gorgée devrait être un peu irritante. Aqueux, légèrement boisé, doux? En tout cas, il n’a pas le goût du lait. Mais l’alternative familièrement connue au lait de vache a depuis longtemps trouvé son chemin dans les tasses à café et les bols de céréales du pays. Et le marché des variantes sans vache continue de croître.

Comme de nombreux «superaliments», les substituts du lait à base de plantes ne sont pas une nouvelle découverte. Le lait de soja est un fidèle compagnon de nombreuses personnes intolérantes au lactose et végétaliennes depuis des décennies. Alors qu’est-ce qui a changé?

La tendance vers une alimentation et des achats plus conscients semble également se refléter ici. En particulier, la tendance à renoncer à la viande et aux produits d’origine animale n’est plus un objectif uniquement pour les végétariens et les végétaliens. Même avec les soi-disant «flexitariens» – des personnes qui ont un régime sans viande mais ne s’en passent pas complètement – les produits végétaux sont populaires, que ce soit pour des raisons de protection des animaux ou du climat. La riche abondance de nouveaux aliments à base de plantes est également essayée par des consommateurs curieux, quelles que soient leurs habitudes alimentaires.

Par exemple, le soi-disant lait d’amande, une alternative au lait composée d’eau et d’amandes, s’est emparé de nombreux fans qui ne connaissaient pas la variété de soja auparavant. Mais les rapports sur les monocultures d’amandes nuisibles à l’environnement en Californie et l’énorme consommation d’eau semblent avoir freiné l’enthousiasme. Dans la recherche d’une alternative à l’alternative, l’avoine est finalement entrée en jeu.

L’idée de produire du « lait » à partir de céréales n’est pas forcément nouvelle, mais le vrai gros coup n’a été atteint par la société suédoise Oatly qu’en 2016 avec la commercialisation de son « Barista Edition ». C’est une variante de la boisson à l’avoine qui garde la forme mousseuse du café. Un autre inconvénient des autres boissons au lait végétal est qu’elles ne conviennent pas à la mousse. La mousse se fend au contact d’une boisson chaude et ne convient donc pas aux cappuccinos et autres classiques du café.

Le fondateur et patron d’Oatly, Toni Petterson, n’a cependant pas apporté la «Barista Edition» dans les supermarchés, mais directement dans les cafés branchés des quartiers branchés de Shoreditch à Londres et Brooklyn à New York. Avec cela, le lait d’avoine a frappé le nerf du zeitgeist, qui se caractérise par l’art latte – dessins de café dans la mousse de lait – et le marketing viral sur les médias sociaux. La demande a explosé. Cela était probablement dû à la présentation. Fidèle aux cafés branchés et à leur clientèle, le groupe se commercialise davantage comme une marque de vêtements, un label de musique ou sous le titre «Post-Milk Generation» comme un mouvement conscient. Depuis le début de 2018, le produit suédois est également disponible dans plusieurs variantes dans les supermarchés allemands et est rapidement devenu l’une des marques leader dans le domaine des alternatives à base de plantes.

Tobias Goj, directeur général d’Oatly en Allemagne, en Autriche et en Suisse, est convaincu que sa marque a fortement stimulé la croissance dans le segment du lait d’avoine. «L’avoine a augmenté de 80% en 2019 dans son ensemble. C’est vraiment incroyable », dit Goj. Les boissons à l’avoine sont désormais plus fortes que les boissons au soja et aux amandes combinées dans la catégorie des substituts du lait végétal. «L’objectif de faire passer l’avoine du produit de niche à la catégorie la plus forte sur le marché du lait alternatif a ainsi été atteint. Nous n’avons jamais imaginé que la catégorie deviendrait encore plus forte que le soja et l’amande combinés, mais c’est arrivé. »

La popularité des boissons à l’avoine n’a pas échappé aux autres fabricants. La concurrence dans le domaine des substituts du lait s’intensifie. Leader du marché, Alpro, la branche européenne du groupe Danone, qui comprend également le fabricant Provamel, domine le marché principalement avec les produits à base de soja. Mais en attendant, la marque propose également divers produits d’avoine dans sa gamme, dont la version barista, en plus des boissons au riz, aux amandes et à la noix de coco. Selon Alpro, la principale raison de la croissance des boissons à l’avoine est un changement de comportement des consommateurs: «De plus en plus de personnes apprécient une alimentation équilibrée, durable et respectueuse du climat, donc elles prêtent une attention particulière aux aliments qu’ils achètent, d’où ils viennent et comment ils ont été produits. « 

En fait, le lait d’avoine a une empreinte climatique relativement bonne par rapport au lait de vache conventionnel et également aux alternatives végétales au lait d’amande et de soja. Selon la Fondation Albert Schweizer, la production de boissons à l’avoine ne libère qu’environ un tiers des gaz à effet de serre par rapport au lait de vache. Les céréales sont également moins nocives en termes d’énergie et d’utilisation des terres que les alternatives au soja. Cela est parfois dû au fait que l’avoine peut être très bien cultivée en Allemagne, ce qui permet d’économiser de longues routes de transport. En fait, la culture de l’avoine a fortement diminué en Allemagne depuis les années 1990. Depuis lors, la superficie totale des cultures d’avoine a été divisée par deux, association des industries des céréales, des moulins et de l’amidon sur demande. En 2019, le grain était encore cultivé sur un total de 126700 hectares.

L’avoine est une « culture peu exigeante et robuste qui peut bien s’adapter », mais cette variété a également souffert de la sécheresse de ces dernières années. Les céréales pour les substituts du lait proviennent de nombreux fabricants en Allemagne, par exemple de la société Kölln, également connue pour le mueslis et la farine d’avoine. La marque propre du groupe Rewe est également produite à partir d’avoine allemande. Chez le fabricant suédois Oatly, cependant, l’avoine provient de Suède et de Finlande.

Malgré le déclin de la culture, un véritable boom de l’avoine peut être remarqué dans la transformation, rapporte l’association. Chaque année, environ 500 000 tonnes seraient transformées en aliments tels que les céréales et les mélanges de bouillie. Et l’expansion de la gamme de produits ne tarde pas. Bien qu’il existe déjà de nombreuses variantes de boissons d’avoine disponibles dans les supermarchés locaux, les fabricants du monde entier développent de nouvelles recettes.

L’avoine, par exemple, se développe désormais dans les variantes de «lait frais» réfrigéré, les alternatives aux crèmes de cuisson, ainsi que les pâtes à tartiner et les glaces, ces dernières n’étant pas encore disponibles en Allemagne. D’autres marques expérimentent d’autres types de céréales comme ingrédient: le fabricant Natumi produit également des variétés de mil, d’épeautre et de sarrasin, par exemple.

En plus des marques classiques, les chaînes de supermarchés habituelles proposent désormais principalement une boisson d’avoine de marque privée. Au sein du groupe Rewe, selon les chiffres fournis par l’agence d’études de marché Nielsen fournie par Oatly, il est déjà l’un des quatre prestataires dominants. Selon cela, la marque de distributeur a terminé l’année 2019 avec une part de 28,5%. Selon cette évaluation, la part d’Alpro était de 13,4% en décembre 2019, soit nettement moins que les 21,2% du même mois de l’année précédente. Les fabricants Berief et Kölln étaient représentés chacun avec des parts plus petites. En revanche, selon ses propres chiffres, Oatly a fortement progressé avec une part de 48,8% en décembre 2019. Un an plus tôt, la part était toujours à 24,4%.

Malgré divers succès, ni les fabricants ni les détaillants ne semblent supposer que l’essor des produits d’avoine prendra fin rapidement. Sur demande, Alpro a déclaré: « À notre avis, il ne s’agit pas d’une tendance temporaire, mais d’une refonte fondamentale de la population, que nous saluons naturellement. »

À Kölln, il est également supposé que le retour aux produits régionaux permettra à l’avoine de continuer à croître en tant que «superaliment maison». Et Tobias Goj d’Oatly a également des raisons de garder sa foi dans le grain: «Ce n’est pas que nous avons simplement l’impression d’avoir atteint le plafond. La croissance se poursuit continuellement, chaque mois, il n’y a pas de marasme. « 

On peut se demander si les boissons à l’avoine, qui ne sont pas officiellement autorisées à être appelées « lait » en raison de la législation de l’UE, contesteront à long terme la position du lait de vache dans la porte du réfrigérateur. En fait, le «non-lait» a également fait une impression dans l’industrie laitière conventionnelle. En plus de la mère d’Alpro Danone, la marque Schwarzwaldmilch de Fribourg apporte également une boisson à l’avoine dans les rayons. Il semble que le lait d’avoine soit resté.