Browse By

La nouvelle loi de l’ORF et le financement des médias arrivent

Le gouvernement accélère la politique des médias après une pause liée à la couronne. Comme l’a appris l’unité des médias de la Chancellerie, il y aura toujours un amendement à la loi ORF cette année. Objectif: La création de nouvelles possibilités numériques, c’est-à-dire: le lecteur ORF devrait l’accompagner. Les détails sont en cours d’élaboration. « Les pourparlers sont en cours et je ne veux rien faire pour les médias », a déclaré Gerhard Fleischmann, responsable des médias à la Chancellerie, à propos du KURIER.

La règle des sept jours tombe

La question implique quelques ajustements délicats: la période de sept jours pour le TVthek devrait donc tomber sous cette forme. Cependant, cela doit être clarifié à nouveau dans une procédure de l’UE. En outre, le gouvernement souhaite que les archives de l’ORF soient ouvertes au privé, contre lequel le patron de l’ORF, Alexander Wrabetz, a jusqu’à présent résisté. Cela se déroule sous le slogan « participation », les détails sont négociés entre les médias concernés, les groupes d’intérêt et les parties. Les revenus publicitaires du lecteur ORF doivent également être partagés avec d’autres médias. À leur tour, ils devraient avoir la possibilité de lire du contenu.

Il y aura un nouveau fonds pour les médias nationaux à partir de 2021. Le financement numérique, qui est alimenté par une taxe distincte pour les multinationales Internet comme Google, servira à adapter les médias nationaux à l’avenir numérique, selon la Chancellerie fédérale. La taxe, qui a été introduite en janvier, injecte environ 20 millions d’euros dans les coffres de l’État, dont 18 millions seront distribués aux médias.

Au moins 15 millions

Le financement devrait être octroyé annuellement et s’élever à au moins 15 millions d’euros. Le projet de loi n’a pas encore été approuvé par la Commission européenne et devrait être adopté au Parlement à l’automne. L’objectif est de devenir opérationnel à partir de janvier. Les fonds sont attribués par l’autorité de régulation de la radiodiffusion RTR.

Six domaines sont financés: accessibilité, sécurité informatique, prise en compte des jeunes (par la participation et la garantie de la protection des jeunes), mesures de formation pour acquérir des compétences numériques, génération de contenu et infrastructure.

Taxe Netflix

Un fonds médiatique pour le contenu fictif est également prévu, qui doit également être financé par des prélèvements auprès des sociétés Internet: Netflix, Amazon Prime ou Disney + doivent être invités à payer ici pour renforcer le paysage de la production nationale. Le modèle est une loi en France, qui spécifie certains quotas pour la création de contenu français ou européen. L’Autriche souhaite également percevoir une sorte de taxe Netflix. La mise en œuvre se déroule de deux manières: plus la proportion de productions filmées en Autriche et commandées par Netflix est élevée, plus la contribution qui sera prélevée sera faible. L’objectif est actuellement de 20% des ventes, ce qui rapporterait environ 14 millions d’euros à Netflix uniquement, selon la Chancellerie.